{ Idées reçues } Rien à faire, le poids c’est héréditaire

Beaucoup prennent comme excuse pour ne pas se prendre en main le fait qu’ils ont hérité de leurs problèmes de poids. A quoi bon faire des efforts si notre silhouette est écrite dans nos gènes ?

Inutile, pourtant, de maudire chaque membre de votre arbre généalogique. S’il est certes avéré que les problèmes de poids peuvent parfois être en partie héréditaires, vous n’êtes pas pour autant condamnés à les subir.

Certains gènes comme la mauvaise variante du gène FTO (Gène Décisif de l’Obésité Commune) exposent à un risque accru d’obésité dans la mesure où ils ont une influence sur la partie du cerveau qui contrôle la faim et l’appétit. Ils donneraient une préférence vers les aliments riches en glucides et en lipides dès l’enfance et moduleraient le stockage des graisses. Mais leur rôle réel dans le contrôle du poids reste cependant vague dans la mesure où ce sont plus de 3000 gènes qui jouent un rôle dans le processus de prise de poids et où d’autres facteurs entrent en jeu. D’autre part, si ces gènes dirigent vers un certain type d’aliments, ils ne poussent pas non plus forcément à une consommation accrue de nourriture. Il s’agit surtout de gènes de prédisposition.

Ces découvertes ne doivent pas nous inciter à la résignation. Au contraire, elles constituent un élément supplémentaire qui nous permet de mieux comprendre pourquoi nous réagissons tous de façon différente à un régime et peuvent donc devenir des alliées dans la perte de poids.

La prise en compte de ce facteur, ajouté au caractère unique des profils hormonaux, doit nous inciter à adopter un régime alimentaire individualisé.

Il n’existe pas de régime miracle qui marcherait pour tout le monde. Chacun doit trouver la formule qui lui est propre selon son sexe, son profil hormonal, sa capacité à utiliser les glucides ou les lipides comme source d’énergie, etc.

Nul doute qu’un régime alimentaire adapté et une routine sportive sérieuse et régulière permettent de diminuer ces risques de prise de poids et obtenir la silhouette souhaitée. Seulement, c’est parfois un chemin long et tortueux, fait d’erreurs et de corrections et où le maître mot sera la patience.

Certains vendeurs de méthodes miraculeuses participent au sentiment de fatalité que l’on peut éprouver vis à vis de la perte de poids. Beaucoup affirment proposer la méthode unique qui marche sur toutes les personnes qui l’ont adoptée. Or, cela est impossible mais nous voulons pourtant y croire. La déception est immense lorsque nous constatons que cette méthode ne fonctionne pas sur nous : se mêlent à la fois frustration et culpabilité de ne pas réussir là où la méthode devrait marcher pour tout le monde. On en arrive souvent à la conclusion que l’on est fait pour être en surpoids et qu’il faut l’accepter. Si certains se résignent, d’autres développent des sentiments très violents à l’égard de parents qu’ils considèrent être responsables de leurs problèmes de poids sans solution.

Pourtant, en prenant le temps de comprendre son corps et ses propres réactions à des modifications alimentaires et en analysant son hygiène de vie (régime, activité, sommeil, stress, troubles alimentaires) nous pouvons, à force de tâtonnements, opérer les changements qui nous semblaient auparavant impossibles. N’oublions pas que si des membres d’une même famille ont la même corpulence c’est surement aussi parce qu’ils ont la même alimentation et pas seulement une histoire de gènes.

Est-ce que cela veut dire qu’il faut totalement ignorer les problème de poids qui existent dans votre famille ? Pas du tout. Cela vous ferait passer à côté de problèmes héréditaires tels que les dérèglements de thyroïde qui expliquent une résistance à la perte de poids et pour lesquels des solutions existent.

Il faut juste accepter que la solution ne nous soit pas livrée sur un plateau et que les changements ne soient pas forcément immédiats ni fulgurants. Le « Fatloss lifestyle », comme on l’appelle, n’est pas un protocole c’est un processus, parfois lent, mais qui est fait pour durer.

Crédit photo : Alexisorloff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *